L’autoproduction, une nouvelle opportunité pour les designers

L’autoproduction, une nouvelle opportunité pour les designers

Il est évident que l’autoproduction est non seulement intéressante mais peut aussi se présenter comme étant très lucrative pour les designers. Depuis quelques années, cette nouvelle tendance devient de plus en plus pratiquée dans le monde des créateurs.

Pour comprendre au mieux l’enjeu dont il est question, il est très important, même pour le grand public de connaître plus exactement ce que signifie l’autoproduction. Car, il ne s’agit pas vraiment de la coproduction ni seulement de l’auto édition, elle implique bien davantage. Il est important également de saisir ce qui a motivé le développement de cette nouvelle pratique.

Ce que signifie l’autoproduction

En parlant d’autoproduction, il est question de l’implication du designer dans la production proprement dite d’un objet d’art, d’une œuvre, d’un tableau, etc. Autrement dit, il s’agit pour les designers, pas seulement de concevoir ou d’élaborer un projet ou une création mais aussi et surtout de participer à la fabrication et même de la distribution et de la mise en vente de ladite création.

L’autoproduction suppose donc un rôle plus important et plus soutenu du designer. Cette nouvelle pratique impacte forcément le design,  d’où l’intérêt pour le consommateur d’en comprendre tout le sens.

À savoir sur l’autoproduction

Bien sûr, il semble que l’autoproduction soit une nouvelle pratique et pourtant, le fait est que, Gandhi, à son époque l’à déjà développé en Inde. En vue de soutenir l’économie du pays post-colonisation, il a mis en place l’autoproduction textile, plus précisément un modèle de métier a tisser particulier. Cette initiative à produit de très bons résultats aussi bien sûr le marché artisanal indien que sur l’économie du pays. Par conséquent, grâce à l’autoproduction, il y a une intervention directe sur la production des objets mais elle peut modifier et améliorer les relations humaines.